Patrimoine

Habitée depuis le néolithique, Lanmérin conserve des traces des civilisations successives. Entre autres:

.

Le pont gallo-romain

Situé sur le Guindy au lieu-dit Mouden, le pont est constitué de deux longues pierres. Il date du 1er ou 2e siècle et était, à l’origine, sur le tracé d’une voie romaine. Ses fondations sont hélas aujourd’hui menacées par le fort courant des eaux de la rivière.

.

Le moulin de Rumolin

Du vieux moulin de Rumolin, en aval du pont gallo-romain sur le Guindy, il ne reste que deux meules à grain, laissées sur place en témoignage de l’activité passée. On remarque aussi les ruines de la maison du meunier, ainsi que le bief qui amenait l’eau au moulin.

.

La chapelle de la salle

L ‘édifice est de taille modeste : 11,5m sur 5,5m en extérieur. Il est entouré d’un enclos avec calvaire, planté de châtaigniers. « C’est une période où le style gothique brille de tous ses feux en Bretagne, tout en s’alliant aux innovations sculpturales du style Renaissance. Ici, le gothique flamboyant orne les deux portes tandis que le clocheton s’encadre de petits motifs Renaissance » . A. Sonneck

La chapelle a été achevée en 1536 comme l’atteste une inscription sur le contrefort sud-ouest. Cette chapelle a été construite par le seigneur du manoir de la Salle, membre de la famille des Lagadec, dont le blason est présent dans la décoration. Celui-ci choisit de mettre cette chapelle sous le patronage de Jérôme, un saint  » étranger  » au patrimoine local et peu vénéré en Bretagne à cette époque. Les quatre angles sont décorés de sculptures. Aux angles Nord-Est et Sud-Est, deux archanges portaient le blason de la famille Le Lagadec. L’un d’eux s’est « envolé »… Aux angles Nord-Ouest et Sud-Ouest, deux superbes lions accueillent le visiteur, langue pendante. L’un d’eux possède une queue s’achevant en fleur de lys.

La chapelle a été classée à l’inventaire de monuments historiques le 24 novembre 1930.

La structure intérieure de la chapelle est constituée de trois travées séparées par deux poutres appelées « entraits ». Les entraits sont gravés sur leurs deux faces, ainsi que les six sablières séparant la voûte des murs. Ces décors travaillés en frise illustrent, parfois avec humour, un récit porteur de message. C’est en quelque sorte une « bande dessinée » sans bulles, le sculpteur ne nous ayant laissé aucun texte explicatif…

La chapelle de La Salle connait une nouvelle jeunesse depuis 2010. Murs, statues, lambris et bois sculptés ont été restaurés par des artisans d’excellence sous la direction des Monuments Historiques. Cette opération a pu voir le jour et a été menée à bien grâce à la municipalité de l’époque, à la Fondation de France, et à la mobilisation populaire .

Plus d’information sur le site dédiée à la chapelle : www.chapelledelasalle22.fr

.

L’église Saint Mérin

L’église a été construite au 17e siècle. A l’origine c’était une simple chapelle dépendant du manoir de Trévenou Le clocher à balustrade possède un escalier encastré dans le mur de soutien. Dans l’enclos paroissial se dresse un if – arbre de la liberté – planté afin d’immortaliser la première municipalité, le 28 février 1790.

.

Lors de sa reconstruction partielle vers 1743, le transept, la sacristie et le porche sud ont été rapportés. L’escalier derrière l’église mérite le détour. Deux dalles d’ardoise entre trois piliers de granit donnent accès au cimetière. A droite se dresse l’ancien presbytère, magnifique édifice de type manoir datant du 17e siècle, restauré au 19e. Devant l’enclos se situe le monument aux morts, formé d’une stèle surmontée d’un coq et de quatre obus, érigé après la guerre 1914-1918.

.

Les croix et calvaires

La croix du Roudourou, à l’ouest le Christ, à l’est, la Vierge à l’enfant.
Le calvaire de Kergroas
Calvaire de léglise paroissiale à gauche, et calvaire de Pont-Poyes à droite, érigé après 1870 pour le retour de guerre des enfants Tudoret

.

Fontaines et Lavoirs

La fontaine Saint-Jean est dotée d’une statue en bois logée dans une excavation du mur qui fait face au lavoir. Elle est aujourd’hui protégée par une grille. La source est au pied du saint. Une canalisation souterraine de quelques mètres amène l’eau au lavoir.
Fontaine de Kerfant et son lavoir.

.

La fresque de Julio Carrasco Breton

Lanmérin, Lanvilin : Origine et Héritage Républicain
2,08 x 4,98 m – 2014 – Acrylique sur toile

Cette œuvre a été réalisée par Julio Carrasco Breton, assisté de Christiane Ramonbordes en 2014, et offerte à la Mairie de Lanmérin pour être exposée dans la Salle du Conseil municipal.

.

Découvrir le territoire / Le bourg / Patrimoine / Visite découverte / Commerces, artisans / Agriculture / Associations